Il y a 145 ans jour pour jour, le 28 mai 1871, mourrai la Commune de Paris après la Semaine Sanglante sous le feu des armées d’Adolphe Thiers. Cet évènement majeur de l’histoire populaire française est bien souvent éludé par les manuels scolaires de notre chère République et donc assez peu connu par le grand public et peu abordé dans les médias.

Alors, qu’est ce que la Commune ?

La Commune de Paris est le nom donné au soulèvement du peuple parisien et notamment des ouvriers et des artisans du 18 mars 1871 au 28 mai 1871. Cette insurrection s’inscrit dans un contexte national tendu avec la chute de Napoléon III l’année précédente, la proclamation de la République et la première trahison de cette « République » qui signe dès janvier 1871 l’armistice avec l’Allemagne, malgré une résistance héroïque des parisiens.

Sur ce terreau fertile, le peuple de Paris toujours prompt à se soulever déclare l’autonomie de la Commune de Paris, récupère des canons et s’arme, adopte le drapeau rouge, fait émerger des grands noms du socialisme et du mouvement ouvrier comme Jules Vallès, Louise Michel, Édouard Vaillant, Gustave Lefrançais, établit la démocratie direct, rend l’école laïque et gratuite, détruit la colonne Vendôme et le palais des Tuilleries …

La Colonne Vendôme à terre - 16 mai 1871
La Colonne Vendôme à terre – 16 mai 1871

En seulement quelques semaines, la Commune de 1871 a fait et a transmis plus que tout autre mouvement. Cette insurrection du peuple pour reprendre son destin en main, la réaction sanglante qui s’en suivit par le patronat et ses sbires ainsi que l’héritage que cet épisode a laissé fait de la Commune une source constante d’aspiration pour toute personne aspirant à rendre ce monde plus vivable.

Aujourd’hui, alors que Paris, la France et peut être l’Europe semblent se réveiller après des années d’apathie, il est bon de se rappeler de la Commune et des enseignements qu’elles nous apporte.

Le parallèle avec la Commune doit s’arrêter là car contrairement à elle nous devons gagner.

Publicités